29 septembre 2021

Tout s’explique

Le parti au pouvoir au Japon élit son dirigeant

Qui a été élu à la tête du parti au pouvoir au Japon ?

Le Parti libéral-démocrate (PLD, droite), au pouvoir au Japon, a choisi ce matin son nouveau dirigeant. Fumio Kishida, âgé de 64 ans, a été élu à une large majorité, avec 257 voix, contre 170 pour son adversaire, au second tour de ce vote interne. Ministre des Affaires étrangères de 2012 à 2017 et député depuis 1993, Fumio Kishida est assuré de devenir le prochain Premier ministre lors d’un vote prévu le 4 octobre au Parlement, du fait de la majorité absolue dont dispose le PLD à la chambre basse du Parlement, dont la décision prévaut sur celle de la chambre haute. Le chef de gouvernement sortant, Yoshihide Suga, a décidé début septembre de ne pas se présenter, sa popularité ayant souffert de sa gestion très critiquée de l’épidémie de Covid-19. Il avait pris ses fonctions en septembre 2020 après la démission de Shinzo Abe en raison de son état de santé.

À quels défis économiques devra faire face le futur Premier ministre ?

Pour la première fois depuis 2009, le PIB (la production totale de biens et services) du Japon s’est contracté en 2020, de 4,8 % du fait de la crise liée à l’épidémie de Covid-19, selon le Fonds monétaire international, un organisme chargé de garantir la stabilité financière mondiale. Le Japon est la troisième puissance économique mondiale par le PIB, loin derrière la Chine et les États-Unis, selon la Banque mondiale, un organisme de financement du développement. Dans un discours après son élection aujourd’hui, Fumio Kishida a appelé à un « nouveau capitalisme » et a prôné une relance de la croissance par la redistribution des richesses et la réduction des écarts de revenus. « Nous ne pouvons pas atteindre une croissance forte si la richesse est concentrée dans les mains d’un petit groupe de personnes », a-t-il déclaré. Il a également annoncé « des mesures de relance d’ici la fin de l’année ».

Où en est l’épidémie de Covid-19 au Japon ?

Le Premier ministre, Yoshihide Suga, a annoncé hier que l’état d’urgence imposé dans une partie du pays depuis plusieurs semaines ne serait pas prolongé au-delà de son terme prévu demain. La situation sanitaire connaît une nette amélioration après avoir atteint un pic sans précédent au mois d’août, causé par la propagation du variant Delta, plus contagieux. Le nombre de cas quotidiens de contamination au Covid-19 recensés lundi était de près de 2 400 en moyenne sur les sept derniers jours, contre près de 10 fois plus le 25 août, selon CovidTracker, un site de suivi de l’épidémie de Covid-19. Lundi, plus de 87,6 millions de personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19 dans ce pays qui compte quelque 126 millions d’habitants, selon le gouvernement. La campagne de vaccination a commencé au mois de février.

POUR ALLER PLUS LOIN

Notre article sur la démission de Shinzo Abe en août 2020.

Des graphiques de Reuters sur l’épidémie de Covid-19 au Japon.