30 septembre 2021

C’est leur avis

Une petite revanche pour la France

La commande d’avions de combat Rafale et de frégates par la Grèce, annoncée mardi par Emmanuel Macron, représente une revanche de la France sur l’annulation par l’Australie d’une commande de sous-marins français au profit de sous-marins américains, estime Anthony Bellanger, chroniqueur sur France Inter.

« Évidemment, on est loin des dizaines de milliards d’euros du contrat australien ; évidemment les négociations avec la Grèce ne datent pas d’hier. […] Il y a 20 ans déjà, c’était avec Athènes que Paris avait conclu le plus gros achat d’armement jamais signé par la France : 15 Mirages pour 10 milliards de francs ! Mais ce contrat-là a des allures de revanche. Il élimine de la compétition les Américains de Lockheed Martin et les Anglais de Babcock International. Il n’y a pas de petits bonheurs en ce moment. Mais même les considérations géopolitiques font plaisir à décrypter : la Grèce est une démocratie alliée, membre de l’Otan et qui, comme Paris, défend elle aussi une autonomie accrue de l’Europe tout en restant au sein de l’Alliance atlantique. […] En matière d’alliances, on a besoin d’amour, mais surtout de preuves d’amour. » Anthony Bellanger