13 octobre 2021

Tout s’explique

Des efforts insuffisants pour lutter contre le changement climatique

Qu’a déclaré l’Agence internationale de l’énergie ?

L’Agence internationale de l’énergie (AIE), une organisation regroupant 30 pays parmi les plus industrialisés du monde, a publié aujourd’hui un rapport qui juge insuffisants les efforts de transition énergétique réalisés pour lutter contre le changement climatique. L’AIE estime que l’adoption de sources d’énergie décarbonées ne se fait pas à un rythme suffisant pour atteindre en 2050 la neutralité carbone, c’est-à-dire l’équilibre entre les émissions de CO2 et leur élimination de l’atmosphère. L’Union européenne et les États-Unis se sont fixé pour objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050. La Chine la vise pour 2060, tout comme la Russie, selon une annonce faite aujourd’hui par son président, Vladimir Poutine. Dans le rapport publié aujourd’hui, le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, appelle à donner « un coup de fouet aux investissements dans les énergies propres », comme l’éolien et le solaire.

Comment atteindre la neutralité carbone ?

« Pour atteindre des émissions nettes nulles, toutes les émissions de gaz à effet de serre dans le monde devront être compensées par la séquestration du carbone », explique sur son site le Parlement européen au sujet de la neutralité carbone. Cette séquestration peut s’effectuer au moyen de puits de carbone, des systèmes qui captent davantage de gaz à effet de serre qu’ils en émettent. Les principaux puits de carbone naturels sont le sol, les forêts et les océans, selon le Parlement européen, qui ajoute qu’ils éliminent entre 9,5 et 11 gigatonnes de CO2 par an, à comparer aux 38 gigatonnes de CO2 émises dans le monde en 2019. Les puits de carbone artificiels ne permettent pas non plus de capter suffisamment de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement de la planète, note le Parlement européen.

Comment ont évolué les émissions mondiales de gaz à effet de serre ces dernières décennies ?

Les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont continué à croître en 2019, pour atteindre 52,4 gigatonnes d’équivalent CO2, selon le rapport publié fin 2020 par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Ces émissions ont ainsi augmenté d’environ 50 % par rapport à 1990. Entre 1990 et 2018, la Chine, principal émetteur de gaz à effet de serre au monde, a multiplié ses émissions par 3,5 et l’Inde par 2,7. Les États-Unis, seconds émetteurs au monde, ont accru les leurs de près de 10 % pendant la même période. L’UE et le Royaume-Uni ont quant à eux réduit leurs émissions de gaz à effet de serre de plus de 21 % entre 1990 et 2018, selon le PNUE. L’organisme note toutefois qu’en incorporant les émissions liées aux produits importés, les émissions de gaz à effet de serre de l’UE par habitant dépassent celles de la Chine.

POUR ALLER PLUS LOIN

Une vidéo de 20 Minutes sur un puits de carbone artificiel installé dans les Yvelines.