19 octobre 2021

C’est leur avis

La doctrine Powell redevient d’actualité

Colin Powell, ancien secrétaire d’État des États-Unis sous la présidence de George W. Bush, de 2001 à 2005, est décédé hier à l’âge de 84 ans. Dans une analyse publiée sur le site du magazine Foreign Policy, le journaliste Michael Hirsh estime que la doctrine en matière d’engagement militaire défendue par Colin Powell, délaissée durant les 20 dernières années, est aujourd’hui reprise par l’exécutif américain [€].

« L’une des pierres angulaires de ce que l’on a appelé la doctrine Powell était que le recours à la force militaire américaine devait être extrêmement limité. Elle ne devait être mobilisée qu’avec un nombre écrasant de soldats, dans des situations où la victoire était quasi certaine et où la stratégie de sortie était claire. Powell pensait également que le soutien des alliés des États-Unis était essentiel. Comme nous le savons, cela n’est pas devenu le point de vue – ni la politique – de la présidence Bush. […] Il semble néanmoins que l’un des héritages les plus durables de Powell sera un regain d’adhésion à sa philosophie directrice. La décision du président Joe Biden de se retirer d’Afghanistan a été prise car, s’est-il plaint, le Pentagone ne pouvait lui fournir aucune stratégie claire pour réussir. » Michael Hirsh