22 octobre 2021

Tout s’explique

Le gouvernement annonce une indemnité pour faire face à l’inflation

Quelles sont les mesures annoncées par Jean Castex ?

Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé hier soir le versement en une fois d’une indemnité de 100 euros pour tous les Français gagnant moins de 2 000 euros net par mois. Cette mesure vise à répondre à l’augmentation du prix des carburants, ainsi que de ceux du gaz et de l’électricité. Elle doit être effective dès décembre pour les salariés du privé et à partir de janvier pour ceux de la fonction publique. L’indemnité sera aussi allouée aux étudiants fiscalement autonomes et aux boursiers. 38 millions de Français bénéficieront de cette indemnité, selon le gouvernement. Financée par l’État, la prime sera distribuée par différents canaux, dont les entreprises, les caisses de retraite et Pôle emploi. Le Premier ministre a également déclaré que les prix du gaz seraient gelés tout au long de l’année 2022 et plus seulement de novembre à avril comme annoncé précédemment.

Quelles sont les critiques adressées à cette mesure ?

Sur Franceinfo, Alain Bazot, président de l’association de défense des consommateurs UFC-Que choisir, a fustigé hier soir une mesure « pas immédiate, pas équitable, pas ciblée ». Il a souligné que certaines personnes recevraient l’indemnité alors qu’elles n’utilisent pratiquement pas de voiture et ne sont pas affectées par la hausse des prix des carburants, tandis que pour ceux qui l’utilisent beaucoup « les 100 euros ne sont pas à la hauteur des dépenses ». Cécile Thévenet, membre du bureau national du syndicat étudiant Fage, a estimé sur Franceinfo que l’indemnité n’était « pas assez large » et « devrait toucher l’intégralité des étudiants ». Les frais de vie courante des étudiants ont augmenté de 2,9 % en 2021 par rapport à 2020, selon une étude publiée par la Fage en août [voir l’infographie de Brief.eco].

Comment a évolué le pouvoir d’achat depuis le début du quinquennat ?

Le mouvement des « Gilets jaunes », lancé fin 2018, a poussé le gouvernement à prendre plusieurs mesures pour améliorer le pouvoir d’achat des ménages, comme la revalorisation de la prime d’activité, qui offre un complément de revenus aux salariés ou aux travailleurs indépendants disposant de peu de ressources, et des baisses d’impôt. Le pouvoir d’achat des ménages a globalement augmenté durant le quinquennat, selon les données fournies par l’institut national de statistiques Insee. Il s’est accru de 0,8 % en 2018, puis de 2 % en 2019. Il n’a pas augmenté en 2020 en raison de la crise du Covid-19, se maintenant principalement grâce aux prestations sociales. Les réformes sociales et fiscales de 2019 ont davantage bénéficié aux ménages de niveau de vie intermédiaire qu’aux ménages modestes, selon une étude de l’Insee publiée fin 2020, tandis que la réforme fiscale du début du quinquennat supprimant l’impôt de solidarité sur la fortune a bénéficié aux plus aisés, selon l’Insee.

POUR ALLER PLUS LOIN

Une infographie de l’Insee sur l’évolution du pouvoir d’achat en France.

Un article de Brief.eco sur l’inflation et les salaires.