29 octobre 2021

Tout s’explique

Forte reprise de la croissance en France

Qu’a annoncé l’Insee ?

Le produit intérieur brut (PIB), soit la production totale de biens et services, a augmenté de 3 % au troisième trimestre de l’année en cours par rapport au trimestre précédent, a rapporté aujourd’hui l’institut national de statistiques Insee. Le PIB trimestriel retrouve ainsi quasiment son niveau du quatrième trimestre de 2019, avant la crise liée à l’épidémie de Covid-19. La croissance du PIB est supérieure aux prévisions de l’Insee, qui prévoyait en septembre une hausse de 2,7 % pour le troisième trimestre 2021. Cette remontée intervient après une baisse historique du PIB, de 7,9 %, en 2020, provoquée par la crise sanitaire. La Banque de France, la banque centrale française, prévoit une croissance du PIB de 6,3 % pour l’année 2021, selon ses estimations de septembre.

Comment s’explique ce rebond au troisième trimestre ?

La croissance au troisième trimestre a été principalement portée par la consommation des ménages. Ils ont augmenté leurs dépenses grâce à la réouverture des secteurs liés à l’hébergement et à la restauration ainsi que des lieux de loisirs comme les musées, les parcs d’attractions et les casinos. Ainsi, la consommation des ménages en services du secteur de l’hébergement et de la restauration a représenté la moitié de la croissance du PIB au troisième trimestre. La production des entreprises a également progressé, mais celle de la construction et de l’industrie est toujours inférieure à son niveau d’avant-crise, du fait de difficultés d’approvisionnement. D’après une étude de l’Insee publiée ce mois-ci, près de 42 % des entreprises estiment ne pas pouvoir accroître leur offre avec les moyens de production dont elles disposent actuellement.

Pourquoi la confiance des ménages diminue-t-elle ?

Malgré la forte hausse du PIB, la confiance des ménages dans la situation économique, un indicateur de leur opinion sur leur environnement économique et sur certains aspects de leur situation économique personnelle, a diminué en octobre, selon une étude de l’Insee parue mercredi. Les ménages ont en particulier moins confiance en leur capacité à épargner dans le futur. « La part des ménages qui considèrent que les prix ont augmenté au cours des 12 derniers mois est en très forte hausse », écrit l’Insee. Selon une estimation provisoire publiée aujourd’hui, l’Insee prévoit une hausse des prix à la consommation sur un an de 2,6 % en octobre, après une hausse de 2,2 % le mois précédent. La France n’avait pas connu de telles progressions depuis 2008, lorsque le taux d’inflation annuel avait atteint 2,8 %. Cette hausse de l’inflation résulte selon l’Insee « d’une accélération des prix des services et de l’énergie ». La hausse des prix de l’énergie s’est établie en septembre à 14,9 % sur un an.

POUR ALLER PLUS LOIN

Un article de Brief.eco sur l’inflation et les salaires.