4 novembre 2021

Tout s’explique

L’OMS s’inquiète de la recrudescence du Covid-19 en Europe

Qu’a déclaré l’OMS ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), une agence de l’ONU, s’est inquiétée aujourd’hui du rythme « très préoccupant » auquel le Covid-19 se transmet actuellement sur le continent européen. Ce dernier mois, « l’Europe a connu une augmentation de plus de 55 % des nouveaux cas de Covid-19 », a déclaré Hans Kluge, le directeur de l’OMS Europe. Avec plus de 78 millions de cas signalés, l’Europe se retrouve « à nouveau à l’épicentre » de la pandémie, selon Hans Kluge. Il note un doublement du taux d’hospitalisation lié au Covid-19 en une semaine. Hans Kluge lie la recrudescence de l’épidémie à « l’assouplissement des mesures » visant à la freiner, par exemple en matière de port du masque, et à « une couverture vaccinale insuffisante ». Au rythme actuel, l’OMS prévoit que le Covid-19 provoquera le décès de 500 000 personnes supplémentaires d’ici le 1er février sur le continent, où plus de 1,4 million de personnes sont déjà décédées depuis le début de la pandémie.

Comment s’explique la hausse du nombre de cas en Allemagne ?

L’Allemagne a enregistré en une semaine une augmentation de 18 % du nombre hebdomadaire de contaminations au Covid-19, selon les chiffres de l’Institut de veille sanitaire Robert-Koch. « Nous traversons actuellement une pandémie, essentiellement de non-vaccinés, et elle est massive », a déclaré hier lors d’une conférence de presse le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn. 66,9 % de la population allemande était complètement vaccinée mercredi, selon les chiffres du gouvernement, avec de fortes disparités selon les régions. Le ministre de la Santé a entamé aujourd’hui des discussions pour mettre en place des règles plus strictes pour les personnes non vaccinées là où la reprise épidémique est la plus forte. Depuis hier, dans le Land du Bade-Wurtemberg, les personnes non vaccinées doivent présenter un test PCR négatif pour aller au cinéma, au restaurant ou dans des salles de sport.

Où en sont les nouveaux traitements contre le Covid-19 ?

À côté des vaccins, l’industrie pharmaceutique développe des médicaments contre le Covid-19. Le laboratoire américain Merck a mis au point le molnupiravir, qui est un traitement antiviral, c’est-à-dire qu’il agit contre la multiplication du virus. Il se présente sous la forme d’un comprimé à avaler après avoir été testé positif. Le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, a annoncé aujourd’hui que le Royaume-Uni était « le premier pays au monde à approuver » ce médicament. Le laboratoire américain Pfizer a développé son propre comprimé antiviral à prendre associé à du ritonavir, déjà utilisé contre le VIH. Les premiers résultats d’études sur son efficacité sont attendus ce mois-ci. Deux autres laboratoires, le britannique AstraZeneca et le suisse Roche, ont développé des médicaments non encore autorisés sous forme d’injection. Ils visent à traiter, mais aussi à prévenir le Covid-19 chez les patients fragiles.

POUR ALLER PLUS LOIN

Les explications de l’Académie des sciences sur les médicaments contre le Covid-19.