8 novembre 2021

C’est leur avis

L’Éthiopie, facteur d’instabilité en Afrique de l’Est

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté hier à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, contre l’avancée des rebelles du Tigré, une région du nord du pays, que l’armée affronte depuis un an. Nic Cheeseman, professeur de démocratie, et Yohannes Woldemariam, enseignant en relations internationales, estiment dans le magazine américain Foreign Affairs que l’Éthiopie a perdu son rôle stabilisateur en Afrique de l’Est.

« En tant que plus grand pays d’Afrique de l’Est et sans doute le plus puissant, l’Éthiopie a longtemps été considérée par ses alliés comme une force de stabilité dans une région par ailleurs volatile. Elle a été un partenaire privilégié des États-Unis dans le contre-terrorisme et son armée a joué un rôle central dans la lutte contre les extrémistes d’Al-Chabab en Somalie voisine. Cependant, même avant la récente crise, des critiques ont noté que l’intervention éthiopienne en Somalie avait souvent fait plus de mal que de bien. Et à mesure que le conflit au Tigré s’intensifie, il devient de plus en plus clair que le pays est devenu une source d’instabilité plutôt qu’un rempart. » Nic Cheeseman et Yohannes Woldemariam