• Statut vaccinalLe Conseil constitutionnel, l’instance chargée de contrôler la conformité des lois à la Constitution, a censuré aujourd’hui une disposition permettant l’accès des directeurs d’établissements scolaires au statut vaccinal des élèves face au Covid-19. Cette mesure visant à renforcer les campagnes de dépistage et de vaccination dans les écoles, les collèges et les lycées était incluse dans une loi adoptée par le Parlement vendredi.

  • VaccinLa Haute Autorité de santé (HAS), une autorité publique indépendante, a recommandé dans un avis publié hier soir d’administrer aux personnes de moins de 30 ans le vaccin contre le Covid-19 des laboratoires Pfizer et BioNTech plutôt que celui de Moderna. Le vaccin de Moderna présente dans cette population un risque cinq fois supérieur de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque, que celui de son concurrent, rapporte la HAS.

    Lire l’avis de la HAS.
  • EmpruntLes banques Crédit mutuel et CIC, qui font partie du même groupe, ont annoncé aujourd’hui qu’elles supprimeraient à partir du 1er décembre le questionnaire de santé pour leurs « clients fidèles », dans le cadre de l’achat de leur résidence principale. Ces questionnaires conduisent les personnes ayant des problèmes de santé qui cherchent à souscrire une assurance de prêt à la payer plus cher ou même à se voir refuser le prêt.

  • DiscoursEmmanuel Macron a prévu de prendre la parole ce soir à 20h depuis l’Élysée pour faire « un point sur la situation sanitaire », avait expliqué la semaine dernière le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Ce dernier avait ajouté que le président aborderait également « la reprise économique », « les réformes » et « l’ensemble des sujets qui traversent notre pays ».

  • Biélorussie-UEUrsula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, codétentrice du pouvoir exécutif de l’Union européenne avec les États membres, a appelé hier soir les pays de l’UE à approuver de nouvelles sanctions à l’encontre de la Biélorussie. L’UE accuse le régime d’Alexandre Loukachenko de laisser passer sur son territoire une importante vague de migrants et de réfugiés, qui se massent à la frontière de la Pologne.

    Lire notre article de septembre sur les tensions entre la Biélorussie et l’UE.