12 novembre 2021

Tout s’explique

Crise migratoire entre l’UE et la Biélorussie

Qu’a déclaré le Conseil de sécurité de l’ONU ?

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont condamné hier une « instrumentalisation orchestrée d’êtres humains » par la Biélorussie à la frontière avec la Pologne afin de « déstabiliser la frontière extérieure de l’Union européenne ». Depuis le mois de juin, des migrants tentent de rejoindre l’UE via la Pologne, la Lituanie et la Lettonie depuis la Biélorussie, provoquant « une augmentation considérable du nombre de franchissements irréguliers des frontières », selon le site du Conseil européen, qui réunit les dirigeants des États membres de l’UE. Fin octobre, le Conseil européen avait dénoncé « l’attaque hybride en cours » organisée « par le régime biélorusse ». Aujourd’hui, les autorités turques ont interdit aux ressortissants de Syrie, d’Irak et du Yémen d’embarquer sur des vols à destination de la Biélorussie.

D’où viennent les migrants à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie ?

Les migrants à la frontière de la Biélorussie avec la Pologne viennent principalement d’Irak, d’Afghanistan et de Syrie, selon le Conseil européen. D’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, près de 2 000 migrants sont installés à Brugzi, un village biélorusse frontalier, dans le but de rejoindre la Pologne. Le Conseil européen accuse la Biélorussie d’organiser des vols et des déplacements internes pour faciliter le transit de migrants vers la Lituanie, la Lettonie et la Pologne. Les tensions entre l’UE et la Biélorussie remontent à août 2020, lorsqu’Alexandre Loukachenko, le président biélorusse au pouvoir depuis 1994, a été réélu lors d’élections jugées falsifiées par l’UE. L’UE a depuis infligé une série de sanctions au régime. Les ministres des Affaires étrangères des États membres de l’UE ont prévu de se réunir lundi pour discuter de l’adoption de nouvelles sanctions contre la Biélorussie.

Que représente le gazoduc Yamal-Europe pour l’UE ?

Face aux menaces de sanctions européennes, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a envisagé hier de fermer la vanne du gazoduc Yamal-Europe, qui achemine du gaz russe vers la Pologne et l’Allemagne via le territoire biélorusse. La Russie est le premier fournisseur de gaz naturel de l’UE. Gazprom, une entreprise russe de production d’énergie, est propriétaire de la section biélorusse du gazoduc Yamal-Europe. Au troisième trimestre 2018, près de la moitié du gaz russe était alors acheminé vers l’UE via l’Ukraine, tandis que le gazoduc Yamal-Europe représentait 20 % des importations européennes, selon le Parlement européen. Le porte-parole de la présidence russe a assuré aujourd’hui que la Russie remplirait « toutes ses obligations de livraison de gaz aux consommateurs européens » malgré les menaces de la Biélorussie.

POUR ALLER PLUS LOIN

Notre article du mois de septembre sur la crise migratoire entre l’UE et la Biélorussie.

Un reportage de RFI à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.