10 décembre 2021

Tout s’explique

Le nombre d’exploitations agricoles baisse en France

Que révèle le recensement agricole décennal ?

Le ministère de l’Agriculture a présenté aujourd’hui les premiers résultats de son recensement agricole effectué entre octobre 2020 et mai 2021. Le nombre d’exploitations agricoles est passé de 490 000 à 389 000 en 10 ans, soit une baisse de près de 21 %. La surface agricole exploitée est toutefois restée similaire, passant de près de 27 millions d’hectares en 2010 à un peu plus de 26,7 millions en 2020. « Moins nombreuses mais évoluant sur une surface constante, les exploitations s’agrandissent donc », explique le dossier du ministère présentant ces premiers résultats. Les exploitations avaient en 2020 une taille moyenne de 69 hectares, contre 55 en 2010 et 42 en 2000. Le recensement ayant permis d’établir qu’« un exploitant agricole sur quatre a plus de 60 ans », le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a déclaré : « Recruter les nouvelles générations d’agriculteurs est plus que jamais un impératif. »

Quelle place l’agriculture biologique a-t-elle prise en France ?

Le recensement souligne que la part des exploitations en agriculture biologique dans l’ensemble des exploitations françaises a triplé en 10 ans, passant de près de 4 % en 2010 à un peu plus de 12 % en 2020. L’agriculture biologique est un mode de production agricole excluant l’emploi de substances de synthèse tels que les pesticides ou les engrais de synthèse. Les chefs d’exploitation qui cultivent en agriculture biologique sont « en moyenne plus jeunes et plus diplômés que les autres » et les exploitations bio sont en moyenne plus petites que les autres. Le plan Ambition Bio 2022, porté en 2018 par le gouvernement à l’issue des États généraux de l’alimentation, une série de consultations lancée l’année précédente, a fixé un objectif de 15 % de surfaces cultivées en bio d’ici fin 2022. Ce seuil a été qualifié d’« inatteignable » dans un rapport du Sénat sur l’agriculture biologique de janvier 2020.

Pourquoi l’agriculture française reste-t-elle peu féminisée ?

Le recensement agricole rapporte qu’en 2020, les femmes représentaient 27 % des chefs d’exploitation agricole en France métropolitaine, contre 28 % en 2010. « Ces chiffres nous montrent que les métiers agricoles doivent être rendus plus attractifs pour les femmes », écrit le ministère de l’Agriculture. En octobre, un rapport d’information du Sénat pointait que les agricultrices sont « plus souvent concernées par des emplois de moindre qualité, précaires ou à temps partiel » et « bénéficient d’opportunités professionnelles plus limitées » que les hommes. Dès le stade de la formation, « les arguments de la faiblesse physique et de la pénibilité du travail reviennent souvent » pour dissuader les femmes de s’engager dans certains secteurs agricoles comme la production, et les orienter par exemple vers des activités de service, expliquait Françoise Liébert, haute fonctionnaire à l’égalité du ministère de l’Agriculture, lors d’une table ronde au Sénat en juin.