Tout s’explique

La junte en Birmanie procède à de premières exécutions

  • Que s’est-il passé en Birmanie ?

    La junte au pouvoir en Birmanie a procédé à l’exécution de quatre opposants, a annoncé aujourd’hui le média d’État Global New Light of Myanmar, cité par des agences de presse. Parmi ces prisonniers se trouvaient deux éminents militants prodémocratie, dont un ancien député du parti de l’ancienne dirigeante birmane Aung San Suu Kyi. Ils avaient été condamnés pour trahison et terrorisme par des tribunaux militaires lors de procès à huis clos. Des rapporteurs spéciaux de l’ONU ont mis en doute le mois dernier la conformité de leur procès au droit international et estimé que l’application de la peine capitale avait pour but « d’instiller la peur » dans la population birmane. Il s’agit des premières exécutions judiciaires dans le pays depuis 1988. Plusieurs pays et ONG de défense des droits humains ont condamné ces exécutions. Le ministère français des Affaires étrangères a dénoncé « une nouvelle étape dans l’escalade des atrocités commises par la junte birmane ».

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement brief.me pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte