20 janvier 2018

Dans Brief.me ce week-end, les grandes dates des luttes féministes, les différents sens du mot ZAD, des décors de film qui s’ignorent et des rongeurs très résistants.

L’évolution du féminisme

Un collectif de 100 femmes a publié la semaine dernière dans Le Monde une tribune pour dénoncer les effets de l’affaire Weinstein. Elles déclaraient notamment ne pas se reconnaître dans un féminisme qui « prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité ». La tribune a fait réagir de nombreuses militantes, dont une trentaine qui ont signé un texte sur Franceinfo défendant une autre vision du féminisme.


Le concept

Le terme « féminisme » apparaît pour la première fois en 1871 dans une thèse d’un étudiant en médecine intitulée « Du féminisme et de l’infantilisme chez les tuberculeux ». Ce mot servait à décrire la perte de virilité de certains patients masculins. Il est utilisé l’année suivante par l’auteur Alexandre Dumas fils dans son pamphlet « L’Homme-Femme », où il décrit des hommes « féministes » cherchant à faire « reconnaître que la femme est l’égale de l’homme et qu’il faut lui donner la même éducation et les mêmes droits ». L’auteur s’en moque en disant que « cela n’a aucun sens ». En 1882, une femme s’approprie l’expression et se définit comme « féministe ». Il s’agit d’Hubertine Auclert, militante française en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes réclamant en particulier le droit de vote des femmes.

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement brief.me pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte