23 février 2019

Dans Brief.me ce week-end, la lutte contre l’antisémitisme, les corps intermédiaires, Karl Lagerfeld en dessins et des humains créés par ordinateur.

La lutte contre l’antisémitisme

Les principaux partis politiques ont invité à des rassemblements mardi contre l’antisémitisme dans plusieurs villes de France, qui ont rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes. Cet appel faisait suite à l’annonce la semaine dernière par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, de l’augmentation de 74 % des faits à caractère antisémite en 2018 par rapport à l’année précédente. Plusieurs mesures ont été prises en France pour lutter contre l’antisémitisme, intégrées à la lutte contre toutes les formes de racisme. Certaines d’entre elles ont été impulsées par des associations ou au niveau international.


Le concept

L’antisémitisme est une doctrine dont le nom est né à la fin du XIXe siècle en Allemagne et qui s’est manifestée en France à la même période lors de l’affaire Dreyfus, du nom d’un officier français de confession juive accusé à tort de trahison. Il désigne une « attitude d’hostilité systématique envers les juifs, les personnes perçues comme telles et/ou leur religion », selon la Commission nationale consultative des droits de l’homme, une autorité administrative française indépendante. Le journaliste et homme politique allemand Wilhelm Marr est l’un des premiers à employer ce terme, lorsqu’il fonde en 1879 la « Ligue des antisémites », qui revendique son hostilité à l’égard des juifs. Dans son article « L’invention racialiste du juif », publié en 2002, l’historien des idées et directeur de recherche émérite au CNRS Pierre-André Taguieff explique que l’antisémitisme de la fin du XIXe siècle s’est construit en reposant d’une part sur une idée raciste « selon laquelle les juifs sont à jamais inassimilables, en raison de leurs caractéristiques biologiques et psychoculturelles » et d’autre part sur des accusations conspirationnistes affirmant qu’ils veulent « dominer le monde, à travers des manipulations de l’opinion, complots et bouleversements révolutionnaires, sur fond de domination financière plus ou moins occulte ».

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement brief.me pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte