8 juin 2019

Dans Brief.me ce week-end, l’évolution de la droite en France, le seuil de pauvreté, des images de Tiananmen et des métiers impopulaires.

Les évolutions de la droite en France

Laurent Wauquiez a annoncé dimanche soir sa démission de la présidence du parti Les Républicains, après le score de 8,5 % obtenu par la liste conduite par François-Xavier Bellamy aux élections européennes. En janvier, en présentant la composition de la liste, Laurent Wauquiez avait dit vouloir « envoyer un message très fort de rassemblement de toute la droite et de ses sensibilités ». La droite française est traditionnellement composée de divers courants.


À l’origine

La droite se structure au cours du XIXe siècle autour de trois courants, selon l’analyse de l’historien René Rémond dans son livre « Les Droites en France », paru en 1954. Les légitimistes rejettent la Révolution française et défendent la tradition catholique et la monarchie absolue. Les bonapartistes sont partisans d’un État fort et d’un chef autoritaire, qui protège la souveraineté nationale et marie ordre et progrès. Les orléanistes plaident pour une monarchie parlementaire et sont libéraux et réformistes. Ces trois courants s’opposent tous à la République, que défend la gauche. « Ces clivages reflètent surtout un rapport aux institutions, explique à Brief.me Arnaud Teyssier, historien et président du Conseil scientifique de la Fondation Charles-de-Gaulle. Les orléanistes croient en l’importance du Parlement, tandis que les bonapartistes sont favorables à un lien direct entre le peuple et le chef, par le biais du référendum par exemple. »

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement Brief.me pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte