22 mai 2021

Dans B‌r‌i‌e‌f‌.‌m‌e ce week-end, l’économie de la télévision en France, les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, les super-pouvoirs des animaux et deux playlists qui font du bien.

L’économie de la télévision en France

Les groupes de médias privés français TF1 et M6 ont annoncé lundi être en négociations exclusives afin de fusionner leurs activités. Ce nouvel ensemble permettra « d’apporter une réponse française aux défis des plateformes » numériques mondiales, expliquent-ils. Financée par la redevance audiovisuelle ainsi que par la publicité à partir de 1968, la télévision en France a été détenue et contrôlée par l’État jusqu’en 1982. Les premières chaînes privées ont été créées dans les années 1980 et leur nombre a augmenté considérablement après le lancement de la Télévision numérique terrestre en 2005.


À l’origine

La première émission de télévision française est diffusée en 1935 depuis le ministère des Postes, Télégraphes et Téléphones. À l’époque, on ne compte qu’une centaine de postes de télévision dans tous les foyers français. En 1949, la Radiodiffusion française (RDF), l’établissement chargé de la télévision et de la radio publiques, devient la RTF, la Radiodiffusion-télévision française, qui instaure un monopole d’État sur la télé et la radio française. La redevance, une taxe déjà appliquée aux détenteurs de postes de radio, est alors étendue aux personnes possédant des téléviseurs et sert au financement de la RTF. L’ORTF, l’Office de radiodiffusion-télévision française, remplace la RTF en 1964, année du lancement de la deuxième chaîne de télévision. L’ORTF doit en théorie avoir davantage d’autonomie, car elle n’est plus sous l’autorité directe du ministère de l’Information, mais seulement sous sa tutelle, c’est-à-dire que celui-ci n’exerce qu’un contrôle administratif sur l’ORTF.

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement Brief.me pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte